l'actu u.s.dax :  Préserver cet état d'esprit

14 Avril 2014

Préserver cet état d’esprit


Dax 11 - Lyon 34 (mi-temps 6 - 7)

 

Il n’y avait que quelques irréductibles pour imaginer que Dax pourrait faire tomber ce leader qui, jusqu’alors, ne s’était incliné qu’à cinq reprises après vingt-six journées d’affrontement. Lyon, c’est du solide, c’est complet, c’est efficace, c’est costaud, c’est rapide... Bref, c’est un budget de 14 millions d’euros, c’est-à-dire trois fois et demi plus élevé que celui de son adversaire du jour. Ce qui peut, en grande partie, expliquer cela. Néanmoins, parfois, le Petit Poucet renverse des pronostics sur lesquels les chiffres s’appuient. C’est aussi cette fameuse incertitude du sport qui offre, de temps à temps à autre, quelques surprises.

 

Au repos, au terme des quarante premières minutes, c’est pourtant ce que pensait la grande majorité des spectateurs. Parce que les Dacquois avaient tellement su élever leur niveau de jeu qu’ils auraient largement mérité d’être devant au tableau d’affichage. Certes, les dix minutes initiales avaient jeté un léger froid sur Maurice Boyau surtout après cet essai encaissé sur un débordement après moins de 120 secondes. Cependant, bien que pris à froid par la vitesse des universitaires du LOU qui n’ont d’ailleurs plus rien d’universitaires, les Landais n’ont pas fléchi. Cette fois-ci, ils se sont relevés avec fierté, avec cet orgueil qu’on aime lire sur leur visage, qu’on encourage parce qu’ils font honneur à leur maillot. Bien au contraire, ils ont secoué leurs éventuels doutes et ont vite trouvé leurs repères. Ils ont calé leur défense, repoussant alors les assauts vigoureux, et ils ont grignoté le terrain de leurs opposants. Cette mêlée, qui semblait fragilisée depuis quelques semaines, parvenaient avec certitude à effectuer ce petit pas de plus pour prendre régulièrement le dessus face à un huit qui aurait pu être davantage en difficulté avec un arbitrage plus équitable. A défaut d’être concrétisée derrière la ligne, cette belle domination se traduisait par des pénalités qui permettaient à Matthieu Bourret de maintenir les siens dans la course et parfois même glisser quelques incertitudes dans les esprits lyonnais sur leur propre supériorité. Défense, mêlées, il fallait ensuite un jeu au pied pour s’installer dans le camp de Lyonnais surpris par tant de résistance et d’audace.

 

Mais les Dacquois ne se contentaient pas d’attendre et de voir venir. Il parait que l’attaque est la meilleure des défenses. C’est à Thibaut Lesparre, en l’absence d’Anthony Salle Canne blessé, qu’avaient été confiées les rênes de cette équipe qui exprimait un tout autre visage que celui devant les Carcassonnais. Le jeune homme ne se privait pas de prendre des initiatives, confirmant cette confiance offerte, rameutant ses camarades, leur donnant quelques idées en trouvant des intervalles au ras des regroupements, apportant ainsi la preuve qu’avec un peu de culot ils pouvaient élargir leur rugby, créer du désordre et bousculer une hiérarchie, quelle que soit la formation en face. Une belle surprise en effet, ou même une confirmation sur leurs réelles capacités à produire du jeu : l’U.S. Dax malmenait le chef de file de ce championnat de Pro D2. Si le poids, l’expérience, étaient en face, l’envie, l’état d’esprit, le caractère étaient siennes. Et ces attitudes faisaient plaisir à voir. Oui, cette équipe a eu du cœur, de l’enthousiasme, durant toute cette première période.

 

Après ? Après, ce fut un autrematch. C’est la fin de saison, les organismes ont parcouru des kilomètres, soulevé des fontes et des fontes qui ont usé les esprits et les corps. Alors, difficile de résister à ces vagues incessantes. Lyon a continué sur son rythme, donnant toujours du volume, accélérant pour confirmer ses ambitions. Par la force des choses, Les Dacquois ne pouvaient plus mettre la même densité dans leur défense et dans leurs attaques. Ils trouvaient toutefois les ressources pour clôturer cette rencontre en inscrivant un essai, synonyme de récompense pour tout l’investissement qu’ils avaient mis. Certes, Lyon possède tout le potentiel pour évoluer au niveau supérieur ; mais Dax tient entre ses mains toutes les qualités pour trouver sa juste place dans cette catégorie.

 

Bruno Cazalis

 

 

Crédit photo: Isabelle Louvier

 

 


Recherche d'actu par catégorie

Selectionner par catégorie :

PARTENAIRES DE L'U.S.DAX

  • Maïsadour
  • Aquacéo
  • Adidas
  • Thermes Adour
  • Francis Lavigne Développement