l'actu u.s.dax :  10ème journée de Pro D2

06 Novembre 2012

La chronique de Bruno Cazalis

 


Déjà dix journées de disputées. Nous en sommes au tiers de ce championnat et les positions commencent à être plus claires. Oyonnax a confirmé son cavalier seul et sa nette domination : une victoire chez lui devant Narbonne et un bonus offensif pour une première place consolidée avec 9 points d’avance. Derrière, ça se bouscule fort. Lyon perd du terrain après sa défaite à Aurillac, tout comme Brive battu à Dax. La Rochelle s’impose à Aix-en-Provence, Pau et Tarbes nettement sur leurs terres face à Massy et Béziers. Tout ce petit monde se retrouve dans un mouchoir à 31 et 29 points. Sept pour cinq places, il y en a déjà deux de trop. Derrière, un trio qui s’accroche et qui bataille ferme : Carcassonne et Albi se sont séparés sur le succès des Audois mais non sans mal, alors que les Auscitains mettaient en danger Colomiers sur sa pelouse. Le troisième groupe de six est mené par Colomiers. Celui qui bénéficie de la journée, c’est Dax, le seul vainqueur et à la force du poignet devant Brive, qui grignote place après place. Narbonne, Béziers, Aix-en-Provence et Massy ont été sévèrement secoués par leurs adversaires qui, à l’exception de La Rochelle, sont récompensés par un bonus offensif. Cette semaine de repos fera du bien aux organismes.

 

 


Aix en Provence 9 - La Rochelle 28


La victoire des Provençaux la semaine dernière à Narbonne pouvaient laisser croire que la formation de la région Paca allaient peu à peu relever la tête. Il n’en a rien été et le plus inquiétant c’est qu’elle n’a pas montré beaucoup de résistance à des Rochelais qui se sont appliqués à respecter les fondamentaux : une bonne mêlée, l’agressivité suffisante pour mettre l’adversaire à la raison, le pied de Sébastien Fauqué qui inscrit 21 points. A la mi-temps Aix était mené 6 à 18. Le final était déjà dans la plupart des esprits. Aix était incapable de réagir et les Rochelais appuyaient juste un peu pour assurer leur deuxième victoire à l’extérieur, après celle acquise à Colomiers. Peu à peu, le tableau se scinde en deux. Aix sera en bas et La Rochelle en haut. La Rochelle à Massy et Aix-en-Provence devant Dax.

 

 


Carcassonne 22 - Albi 21


Les Carcassonnais font de la résistance. Chez eux, ils tiennent tête à tout le monde, les plus costauds comme les plus vaillants. Parfois, le coup passe très près, mais leurs remparts sont solides. Le premier qui les franchira n’est pas encore venu. Chez le voisin Narbonne, ils avaient lâché prise. Ils ont vite enfilé la côte de mailles pour écarter les Dacquois avant d’agir de même devant les Albigeois. Une affaire d’histoires que les Audois réglèrent en un quart d’heure au retour des vestiaires profitant d’une supériorité numérique pour marquer et passer d’un avantage de 9 à 8 à un plus sécurisant de 22 à 8. Il n’empêche que tout aurait pu être modifié avec un peu plus d’ambition et de clairvoyance chez les hommes d’Henry Broncan dans les dernières minutes. Ça s’appelle la gestion d’un match. Carcassonne et Albi à Béziers et Narbonne.

 

 


Pau 37 - Massy 8


Si les Palois éprouvent quelques difficultés face à des adversaires du haut du tableau comme Brive ou qui ne devraient pas en être loin comme Dax, ils savent en revanche rester sur leurs rails devant ceux du bas du classement Dans ce bloc, ils ont gagné à Béziers avant de battre Colomiers puis Massy. Les Massicois ont compris que cet apprentissage dans cette division serait beaucoup plus long que prévu. Les Béarnais n’ont rien négligé pour clôturer ce premier tiers correctement. De la rigueur, de la concentration, du physique et de la construction dans le jeu. A la conclusion, ce sera cinq essais qu’ils ont été chercher dans la préparation et dans la finition. Une valeur sûre du championnat et une constance qu’il faudra confirmer face à plus rugueux et mieux armés. Pau et Massy devant Aurillac et La Rochelle.

 

 


Tarbes 53 - Béziers 13


Les Tarbais n’avaient certainement pas imaginé qu’ils allaient perdre face à Brive devant leurs montagnes. Une victoire à Aix, un point pris à Albi : le programme était respecté jusqu’à la venue de Brive et cette défaite. Mais les Pyrénéens savent se redresser après une chute : ils gagnent à Massy et passent un carton chez eux devant Béziers avec sept essais. C’est un peu le match à sens unique : le pied toujours efficace de Fortassin, trois essais dans la première demi-heure et 27 à 6 au repos. Il restait peu de domaines dans lesquels les Biterrois, dominés dans la conquête, auraient pu se glisser pour inverser une situation très délicate. Leurs repères disparus, ils ont continué à subir, les Tarbais en profitant pour dérouler leur jeu en toute maîtrise. Tarbes à Auch et Béziers devant Carcassonne.

 

 


Dax 21 - Brive 20


Il est parfois des victoires qui coulent de source, sans tempête ni remous. Il en est d’autres qui valent largement plus que les quatre points donnés au vainqueur. Celle face à Pau en était une ; celle devant Brive en est une autre. Le rugby pratiqué par les Dacquois n’a peut-être pas toujours été très orthodoxe, mais il s’est appuyé sur de vraies valeurs, l’engagement physique, la fierté, l’orgueil, l’envie. Dans ce sport, elles font bien souvent la différence, à plus forte raison lorsqu’on est en train de construire. Celui offert par les Brivistes était peut-être plus complet, plus léché, plus équilibré dans les choix, mais il s’est incliné. Il lui a manqué cette fougue dont ont fait preuve ces avants dans le combat. Dax reprend des couleurs et ce n’est que justice. Brive sait que le Pro D2 n’est plus le Top 14 mais il n’arrive pas toujours à passer à la pratique. Dax à Aix-en-Provence et Brive devant Colomiers.

 

 


Oyonnax 40 - Narbonne 6


Les joueurs de l’Ain ne faiblissent pas : en dix journées, seulement deux points laissés à Tarbes et quatre à Carcassonne. Alors, quand on est à la recherche de son rugby, de ses repères, même si on se sert comme référence de la victoire dans le derby face aux Carcassonnais, ce ne sont pas des atouts suffisants pour venir affronter le leader sur son terrain. Face à cette application, face à ce réalisme, les Narbonnais ne pouvaient pas prétendre à grand-chose, si ce n’est profiter des très rares occasions. Ce fut tout au début et tout à la fin. Pour le reste, vitesse, alternance, puissance ont eu raison. Deux monde opposés : de la confiance et une sécurité dans le jeu avec un collectif face à du doute et trop souvent du coup par coup. Oyonnax prend le large. C’est la formation de ce début de saison. Presque intouchable pour l’instant. Oyonnax à Lyon et Narbonne devant Albi.

 

 


Colomiers 9 - Auch 3


Les Columérins, avec déjà deux défaites sur leurs terres contre Aurillac et La Rochelle, savaient qu’ils n’avaient plus le droit de perdre des points chez eux sous peine de se retrouver très vite à la lutte pour le maintien. Alors face à Auch, dans des conditions climatiques très difficiles et sur une pelouse détrempée, il fallait en priorité s’adapter à cette situation avec comme objectif l’occupation du terrain. Après, c’était une affaire de collectif. Le plus soudé, le plus entreprenant dans un petit périmètre pouvait espérer. Il restait ensuite à concrétiser. Ce fut laborieux parce que Yannick Lafforgue échouait à huit reprises. Heureusement il trouvait la bonne distance et le bon poteau pour inscrire les deux plus importantes, celles de la victoire dans le dernier quart d’heure. Colomiers s’impose, c’est bien ; Auch ramène le bonus défensif, c’est bien aussi. Colomiers à Brive et Auch devant Tarbes.

 

 


Aurillac 19 - Lyon 16


Et Lyon peine toujours à l’extérieur : un nul à Brive et un succès à Aix-en-Provence. C’est tout de même un peu maigre comme résultats quand on envisage le plus rapidement possible le retour en Top 14. Bien sûr les partenaires de Lionel Nallet menaient à la mi-temps (9-6). Mais c’était plus à cause des maladresses ou des mauvaises inspirations de leurs hôtes. Maxime Petitjean réglait sa mire, les avants imposaient enfin leur dynamisme. L’envie faisait la différence et les Cantalous grignotaient leur retard sans affolement en profitant des ouvertures dans l’axe. Une victoire méritée pour les Aurillacois et des regrets de ne pas avoir su s’adapter encore une fois pour les Lyonnais. Aurillac à Pau et Lyon devant Oyonnax.

 

 


Bruno CAZALIS

 


Recherche d'actu par catégorie

Selectionner par catégorie :

PARTENAIRES DE L'U.S.DAX

  • Francis Lavigne Développement
  • Grand Mail Adour Oceane
  • Adidas
  • Aquacéo
  • Lounge