l'actu u.s.dax :  15ème journée de Pro D2

17 Décembre 2012

La chronique de Bruno Cazalis

 


La phase aller vient de se terminer. C’est l’occasion de faire une première analyse sur les forces et les faiblesses de cette édition de Pro D2. Tout en haut, Oyonnax a pris le large avec 15 points d’avance, soit 9 de plus que Grenoble l’an dernier à la même époque. C’est dire que, sauf accident grave, les joueurs de l’Ain porteront leur rugby en Top 14 la saison prochaine. Ils ont battu des Palois très ambitieux et repoussent journée après journée les candidats à la montée directe. Derrière, sept formations restent dans la course pour les quatre places qualificatives. Celles qui évoluaient à domicile,La Rochelle(Albi), Tarbes (Narbonne), Aurillac (Béziers), et Brive (Aix-en-Provence), se sont imposées avec plus ou moins de difficultés et plutôt plus pour les deux premiers. Mais elles ont gagné. Pour Lyon, le mystère s’épaissit de plus en plus. Déjà défait sur sa pelouse par Oyonnax, c’est Carcassonne qui vient de lui faire subir un nouvel affront. Tout en bas, ils sont quatre à la lutte pour le maintien et les plus mal classés comme Aix-en-Provence, Massy ou Béziers conservent toutes leurs chances intactes. Les Dacquois, difficiles vainqueurs de Auch, recevront huit fois dans la phase retour pour sept déplacements, mais leur marge de manœuvre semble plutôt limitée. Au milieu, Albi, Narbonne, Colomiers et Auch sont pour l’instant à l’abri et toujours en mesure de surprendre à l’image de Carcassonne cette semaine.

 

 

 


Aurillac 33 - Béziers 24


C’est la seule rencontre de la journée où aucun point bonus n’a été distribué. Les Biterrois avaient pris comme option d’être présents dans toutes les zones de combat et en conquête. Une solution efficace dans la mesure où les Cantalous ont été perturbés dans leurs systèmes. Devant, la lutte s’est vite équilibrée, chacun tour à tour obtenant un léger avantage. Dans le jeu également puisque deux essais ont été marqués de part et d’autre. Pour passer devant au tableau d’affichage, et pour combler un peu trop d’approximation, il restait les pieds. A ce petit jeu, Maxime Petitjean excelle : un essai transformé et sept pénalités, soit 28 points à son actif. Inutile de préciser qu’il a pesé dans la balance. Aurillac devant Dax et Béziers à Brive.

 

 

 


Oyonnax 26 - Pau 21


Les Palois en avaient envie et ils avaient préparé cette opposition de style entre la meilleure attaque et la meilleure défense de ce championnat. Leurs intentions étaient manifestes. Deux essais partout. La différence s’est faite entre maîtrise et réalisme. Oyonnax sait que son point fort, celui qui le différencie de tous les autres jusqu’à présent, c’est cette maîtrise dans le jeu, dans l’approche, dans la gestion. Pau a été réaliste et a su prendre les occasions qui se présentaient à lui, mais sa relative indiscipline l’a empêché d’aller jusqu’au bout de son objectif. Un point défensif, c’est tout de même mieux que rien, même si… Oyonnax et Pau devant La Rochelle et Narbonne.

 

 

 


Massy 13 - Colomiers 9


Les Massicois se défendront becs et ongles jusqu’au bout. Et quel que soit l’adversaire. Ils croient en leur étoile, mais pas seulement. Face aux assauts des Columérins venus chercher plus qu’un point défensif, ils ont sorti leur foi, leur enthousiasme, leur détermination. Une défense de tous les instants. C’est durant la première mi-temps qu’ils ont construit leur succès avec un point d’avance au repos. Par la suite, il a fallu contenir l’envie des banlieusards toulousains forts dans les mauls et dans l’occupation du terrain par le pied. Des arguments qui n’ont pas suffi. Massy à Aix-en-Provence et Colomiers devant Albi.

 

 

 


Tarbes 21 - Narbonne 14.


Inscrire des essais, c’est bien pour la qualité du jeu, c’est plaisant pour les spectateurs, mais en revanche ça ne suffit pas toujours pour gagner. Les Narbonnais avaient décidé de libérer les ballons et ils ont marqué deux essais. Les Tarbais, pourtant la cinquième formation offensive au nombre d’essais, ont répliqué par une défense, sans être en mesure une seule fois d’aller dans l’en-but adversaire. Il y a des jours comme ça où il est nécessaire de revenir à plus de simplicité dans l’organisation du jeu. Fabien Fortassin a apporté tous les points avec la victoire. Tarbes devant Lyon et Narbonne à Pau.

 

 

 


La Rochelle 15 - Albi 13


L’image qui restera de cette rencontre, ce sera ces minutes interminables alors que la sirène avait annoncé la fin des débats. Oui, mais voilà, les Rochelais en avaient décidé autrement. Jusque là, ils avaient le plus souvent failli dans leurs intentions, dans leurs certitudes, dans leurs systèmes de jeu. Ils avaient failli où est-ce l’adversaire qui provoqua ces dysfonctionnements par une vaillance, une dépense incessante ? Le temps n’offrait pas les conditions idéales pour un jeu aéré. Il fallait donc se résoudre à un petit périmètre. Dans ce domaine, les Albigeois sont plus à leur aise ; ils pourront toujours regretter de ne pas avoir mis les points quand les occasions se sont présentées parce que, cette victoire, elle leur tendait les bras. Le pragmatisme est aussi une règle qui s’applique en rugby ; les Rochelais s’en sont souvenus grâce à Sébastien Fauqué à la… 86ème.La Rochelle et Albi à Oyonnax et Colomiers.

 

 

 


Dax 19 - Auch 12


Les affrontements entre ces deux clubs ont toujours été compliqués pour l’un comme pour l’autre. Les Auscitains restaient sur six revers ; les Dacquois n’ont plus le droit de perdre sur leur pelouse. Ils avaient pris l’option du jeu, un choix qui, même s’il ne s’est pas avéré très efficace, a eu au moins l’avantage de donner du rythme et peut-être même au-delà de libérer certains joueurs, de leur apporter quelques confiances en leurs capacités. Il faudra voir pour la suite. La parole resta toutefois au pack qui peu à peu, notamment en deuxième période, retrouva sa solidité, avec comme récompense cet essai de pénalité. Dax et Auch à Aurillac et Carcassonne.

 

 

 


Brive 24 - Aix 8


Les Corréziens ont compris que, dans ce championnat, il fallait être régulier et respectueux de ses adversaires. La conséquence de cette prise de conscience : le match commence dès la première minute. C’est dès le début qu’il faut appuyer, assurer sa concentration et concrétiser sa domination. A la mi-temps, ils avaient obtenu une petite avance (10-0) grâce à deux essais. Les avants faisaient le travail. En face, les Aixois, privés de ballons, malmenés devant, ne parvenaient pas à s’organiser. Il fallut attendre la fin de la rencontre et un relâchement des Brivistes, une mauvaise habitude qui revient trop souvent et qui pourrait un jour être pénalisante, pour que les Méditerranéens reviennent sur une marque moins lourde. Un deuxième bonus offensif qui vaudra son importance au moment des comptes. Brive et Aix-en-Provence devant Béziers et Massy.

 

 


Lyon 13 - Carcassonne 15


Une défaite devant Oyonnax, même si elle faisait mal au cœur, pouvait être acceptée parce que leader reste le leader. Mais devant Carcassonne, tout de même. Le Lou n’est plus ; d’ailleurs, il ne l’a pas été du tout depuis le début de la saison, lui dont on parlait comme le vrai candidat pour la remontée directe. Oui mais en sport heureusement les moyens financiers ne font pas tout. D’un côté, un groupe en plein doute sur ses capacités, sur ses hommes, sur son encadrement, sur son style de jeu. Un groupe sans âme. De l’autre côté en revanche, de la sérénité, de l’envie, de l’adaptation aux circonstances, du réalisme avec le pied toujours aussi sûr d’Antoine Lescalmel. Un résumé simple d’une rencontre qui fera mal dans certains esprits et qui réchauffera les cœurs des autres. Lyon à Tarbes et Carcassonne devant Auch.

 

 


Bruno CAZALIS

 

 

 

 

 

 


Recherche d'actu par catégorie

Selectionner par catégorie :

PARTENAIRES DE L'U.S.DAX

  • Unikalo
  • Thermes Adour
  • Lounge
  • Aquacéo
  • Francis Lavigne Développement