l'actu u.s.dax :  Retour sur la 20ème journée de ProD2

11 Février 2013

La chronique de Bruno Cazalis


En quelques mots, le résumé de cette vingtième journée disputée sous une pluie battante et dans des conditions partout très difficiles : dix essais inscrits, sept points de bonus défensif (et aucun offensif), la deuxième défaite du leader Oyonnax, la quatrième à domicile de Dax. Le vainqueur du jour, c’est sans conteste Colomiers qui vient de réussir une superbe performance en faisant tomber pour la deuxième fois de la saison Oyonnax (après Carcassonne). Performance d’autant plus belle que les Columérins privent pour la première fois le leader du moindre point. D’une manière plus générale, ce week-end aura facilité le réveil des moins bien classés. C’est le cas de Béziers à Aix-en-Provence, de Massy à Albi et de Auch à Pau. Tous trois ont mené les débats très humides pendant plus d’une heure de jeu avant de lâcher un peu leur emprise ; néanmoins, tous les trois prennent un bonus défensif précieux. La mauvaise opération du jour a été réalisée par des Dacquois vraiment très à la peine, battus sur leurs terres par des Narbonnais plus concentrés dans leurs objectifs ; ce quatrième raté à domicile plonge les Landais dans les plus grands doutes quant à leur avenir. Dans les trois autres rencontres, les locaux se sont imposés : Brive devant Aurillac, Carcassonne devant Tarbes etLa Rochelledevant Lyon. Rien que de plus logique. Pas de changement non plus en tête du classement.


Pau 22 - Auch 15


Et une défaite de plus pour les Auscitains. Mais celle-ci traduit beaucoup de valeur parce que les Gersois ont longtemps perturbé la machine paloise. Les avants ont refait surface opposant une belle résistance et même parfois mieux en prenant l’ascendant. Et comme le pied de Pierre-Alexandre Dut ne tremblait plus... Les Béarnais, battus à l’aller mais toujours aussi ambitieux dans leur désir de participer aux phases finales, en manque d’efficacité, de réalisme, à cause d’une conquête hésitante, ont dû puiser dans leurs réserves pour se sortir de ce piège. Les Auscitains ont joué juste pour retrouver à la fois leurs fondamentaux et cette confiance qui les avaient abandonnés depuis trop longtemps. Ce point de bonus défensif absolument mérité vaut tout son poids, celui d’une confiance retrouvée et d’un mieux-être dans les têtes. Pau et Auch devant Béziers et Brive.


Aix 15 - Béziers 14


A l’aller, Béziers avait largement battu Aix-en-Provence (39-28). Depuis, les Biterrois ont vécu quelques périodes difficiles. L’arrivée d’un nouvel encadrement semble les avoir remis sur la bonne voie. Du moins ont-ils retrouvé des fondamentaux indispensables avant d’envisager de donner un peu plus d’air à leurs actions ! Dans ce match où, pour le perdant, l’avenir s’obscurcissait, chacun cherchait des points. Les Aixois sur leur terrain ne devaient pas laisser le moindre pouce de pelouse. Les Biterrois venaient reprendre des couleurs. Tout s’est joué dans le suspense, dans l’intensité. Béziers menait au repos (11-9). Aix s’est ensuite appuyé sur sa conquête, sa défense et le pied de son buteur. Béziers s’est trop rassuré devant oubliant de tenter quelques pénalités qui, malgré le vent, pouvaient aboutir. L’efficacité a été pour Aix. Aix-en-Provence et Béziers à Tarbes et Pau.


Dax 12 - Narbonne 15


C’était encore une fois le match à ne pas perdre. Non pas parce que l’adversaire était Narbonne, mais tout simplement parce que trois défaites à domicile cela suffisait et qu’une de plus serait synonyme de grand danger pour la suite. C’est raté. Encadrement et joueurs ont échoué. Il est vrai qu’il y a eu quelques occasions de se réconforter, mais le doute est si fort dans ce groupe qu’il se transmet entre tous encore plus rapidement que le ballon. Confiance, confiance où es-tu ? Les Narbonnais n’ont pas fait tellement ni plus ni mieux dans le jeu ; Christopher Ruiz a simplement connu un taux de réussite plus élevé. D’ailleurs, l’entraîneur narbonnais reconnaissait que Dax leur avait laissé ce match. C’est dire. C’est certainement encore plus rageant. Etre battu par plus fort que soi, respect. Dans le cas contraire désolation. Un souhait malgré tout : que le changement, au niveau de l’encadrement, avec l’arrivée de Jérôme Daret pour remplacer Frédéric Garcia et Christophe Manas crée ce déclic tant attendu depuis des semaines. Dax à Massy et Narbonne devant Lyon.


Albi 26 - Massy 19


Les Massicois continuent leur apprentissage. Ils apprennent vite et bien. Cette-fois, ils sont passés bien près de la réussite alors que, pendant près d’une heure, ils ont bousculé les Albigeois sur leurs terres, menant logiquement au score. Ils ont montré qu’ils savaient fort bien utiliser ce ballon autour d’une charnière efficace et réaliste dans ses choix ; en revanche, la défense fut encore un peu fragilisée puisqu’elle s’inclina à trois reprises. Mais tout s’est précisé au cours de la deuxième période. Plus de régularité, plus de discipline, notamment chez des avants qui avaient besoin de se rassurer sur leurs capacités après plusieurs hésitations. C’est chose faite, même si la victoire a été acquise dans la douleur. Albi redresse la tête après un début d’année difficile. Massy progresse et croit toujours en ses chances de maintien. Albi à Aurillac et Massy devant Dax.


Brive 13 - Aurillac 9


Pour les Brivistes, tout avait plutôt très mal débuté puisque, après cinquante minutes de jeu, ils étaient menés sur leur pelouse 9 à 0. Les Cantalous avaient fort bien géré jusque là leur match grâce à une défense parfaite et intraitable qui semait le doute dans les esprits adverses. Le pied de Maxime Petitjean suffisait pour faire avancer le tableau de marque. Souvent dans ces matches très serrés, la moindre erreur peut renverser une situation. Un carton jaune sévère, un essai contesté, un arbitrage discuté et Brive revient dans la course grâce au caractère de ses hommes, des titulaires comme des remplaçants. Les Aurillacois étaient déçus car ils sont passés très près d’une victoire qu’ils pouvaient ramener de chez leurs voisins. Les Brivistes s’en sortent bien ; ils ont prouvé qu’ils avaient du mental. Brive à Auch et Aurillac devant Albi.


Colomiers 25 - Oyonnax 13


Il fallait bien que ça arrive. Après dix-neuf journées, le leader ne s’était incliné qu’une seule fois (à Carcassonne en octobre 21-25) après avoir partagé les points à Tarbes (25-25 en octobre). Tout a une fin, même les plus belles choses. Un exploit qui confirme que les Columérins franchissent doucement mais surement un cap. Vaillance, réalisme et abnégation : c’étaient là les trois objectifs à respecter. Ils ont été appliqués à la lettre, sans jamais faillir. Avec en plus cette belle envie. Accrocher une formation du haut du tableau, et à plus forte raison, le numéro un, ça a de quoi vous donner des ailes. Pour Oyonnax, rien de grave. Depuis la reprise, le jeu est plus difficile à mettre en place. Mais la marge est tellement grande… Simplement un passage à vide. Colomiers le promu continue sa route en avant. Colomiers àLa Rochelle et Oyonnax devant Carcassonne.


Carcassonne 14 - Tarbes 9


Jouer à 14 contre 15 n’est pas toujours un handicap. Bien souvent cette infériorité numérique crée une surmotivation chez les joueurs. Les Tarbais, réduits à 14 après tout juste dix minutes de jeu à la suite d’un plaquage cathédrale, ont su se donner un courage supplémentaire. A la mi-temps, profitant des erreurs de leurs adversaires, d’un vent favorable et de la réussite au pied de leur buteur Fabien Fortassin, ils menaient 9 à 3, sans qu’il y ait à crier au scandale. Les Carcassonnais connaissent bien leur vent et ils savaient qu’avec son appui ils referaient leur retard assez vite. Trop de confiance due à cette supériorité numérique et à ces conditions de jeu : ils allaient buter sur une défense qu’ils ne parvenaient pas à faire plier malgré toutes leurs tentatives, d’autant plus que les Pyrénéens n’hésitaient pas à mettre du danger à la moindre occasion. Il fallut un rebond favorable  à moins de cinq minutes du terme pour que le match bascule. Carcassonne s’en sort bien. Tarbes a confirmé qu’il avait franchi un cap. Carcassonne à Oyonnax et Tarbes devant Aix-en-Provence.


La Rochelle9 - Lyon 3


Les Lyonnais n’y arrivent toujours pas à l’extérieur. Deux victoires seulement : à Aix-en-Provence et à Massy. Mais chez les ténors, c’est bien plus difficile. Pourtant, ils ont inscrit les premiers points dès la troisième minute. Ce fut tout. Et même si les Rochelais ont dû attendre une heure de jeu pour marquer à cause de la maladresse de leur buteur, la rentrée de Sébastien Fauqué fut bénéfique aux maritimes puisqu’il a trouvé à trois reprises le chemin des poteaux. Une victoire tout à fait normale qui s’explique par une plus grande maturité, un effectif plus complet, une meilleure maîtrise.La Rochelle confirme ses ambitions, tandis que Lyon cherche encore ses repères.La Rochelle devant Colomiers et Lyon à Narbonne.


Bruno CAZALIS


Recherche d'actu par catégorie

Selectionner par catégorie :

PARTENAIRES DE L'U.S.DAX

  • Francis Lavigne Développement
  • Thermes Adour
  • Lounge
  • Unikalo
  • Thermes Beérot